Le palmarès des éditeurs de logiciel Français

Editorial

Eric bessonLes éditeurs de logiciels sont plus que de simples entreprises. Leurs créations, une fois passées entre les mains de leurs clients, leur échappent : elles prennent la forme des entreprises, les nourrissent, les renforcent, épousent leurs ambitions, les secondent dans leur conquêtes. Stockage, traitement, échange : les logiciels secondent l’industrie et les services dans chacun de leurs gestes. Aussi il faut se féliciter de la croissance observée par ce secteur depuis de nombreuses années, et travailler à établir les conditions les plus propices à son développement.

L’innovation logicielle a un pouvoir d’entraînement sans pareil sur les économies modernes. Elle permet aux hommes et aux entreprises de travailler toujours plus efficacement, de se dégager de fastidieuses routines pour se consacrer à leur coeur de métier, de libérer leur créativité : l’innovation logicielle constitue donc un facteur de la productivité globale et de la compétitivité de notre économie.

Cette nouvelle édition du Truffle 100 met en lumière la capacité de résistance et le dynamisme de la profession en France. Elle montre bien combien les PME sont des acteurs-clés de ce secteur. Nous veillerons à ce qu’elles trouvent sur notre territoire un ancrage fort qui leur permette de libérer tout leur potentiel de croissance. En donnant à l'un de ses membres la responsabilité de l’Economie numérique, le gouvernement témoigne de sa volonté de permettre aux industries du logiciel, des télécommunications, des services en ligne, des équipements numériques et tant d’autres encore, de faire entendre leur
voix dans un monde qu’elles enrichissent et qu'elles transforment. Je souhaite une France numérique forte et j’y consacrerai toute mon énergie.

Eric besson


Bernard-Louis RoquesL’heure de la consolidation a sonné ! La méga-vague des Fusions & Acquisitions, en provenance des Etats-Unis a déferlé sur la France l’an dernier. 7 des principaux éditeurs de logiciels nationaux, dont le n°2 Business Objects, ont été rachetés par des acteurs étrangers plus grands qu’eux.

L’industrie du software traverse une phase cruciale. La course à la taille critique est effrénée. Seuls les leaders parviennent à conserver leur indépendance et dégager des profits significatifs. La traditionnelle trilogie licences-maintenance-services est ébranlée par de nouveaux business-models : le Saas (Software as a service), l’open source…

De nouveaux concurrents débarquent d’Inde ou de Chine. Pourtant, les éditeurs Français font preuve d’une étonnante résistance. Alors que le Truffle 100 perd près du quart de son chiffre d’affaires, ceux qui restent redressent la tête, et parviennent quasiment à compenser grâce à une croissance de 14% à périmètre constant.

Ils continuent de constituer l’un des principaux moteurs de l’innovation Française, avec près de 3,8 milliards € investis en R&D en 4 ans, et environ 10 000 emplois à haute valeur ajoutée. Ils sont aussi très bon citoyens, contributeurs net d’impôts, avec notamment 230 millions d’€ d’IS acquittés l’an dernier. Il est urgentissime de favoriser l’innovation des éditeurs nationaux, afin d’éviter de devenir une économie satellite, de second rang, qui exécute les décisions stratégiques prises aux USA, en Allemagne ou en Inde et doive se borner à distribuer les produits inventés ailleurs.

Il est temps de réagir. Le Truffle 100 est condamné à être réduit comme peau de chagrin, année après année, si nous ne sommes pas capables de favoriser l’émergence de leaders internationaux.

Vivement une politique industrielle des éditeurs de logiciel, à l’instar de ce qui existe par exemple dans le domaine de la culture ou du cinéma. Les attentes des éditeurs sont claires, réitérées chaque année avec un peu plus d’amplitude et même d’impatience: aides à l’export, Small Business Act, Programmes de recherche accessibles aux PME.

Nous espérons que cette 4ème édition du Truffle 100, le palmarès de référence de l’industrie française du logiciel, publié par Truffle Capital, le CXP, et Syntec Informatique, à l’occasion de Capital Week, servira utilement la cause des éditeurs nationaux.

Bernard-Louis Roques,
General Partner, Truffle Venture