Le palmarès des éditeurs de logiciel Français

Truffle 100 le classement (Top 100) des éditeurs de logiciels français par Truffle Capital

Votre Compte. C'est Gratuit!

2011


Éditorial - Éric Besson

Le numérique a révolutionné nos modes de vie et notre manière de travailler. C’est un formidable levier de croissance, d’emploi et de compétitivité : 25 % et bientôt 33 % des gains de productivité en France sont générés par les technologies numériques. Les 100 premiers éditeurs français de logiciel totalisent 4.7 milliards d’euros de chiffre d’affaires, ce qui représente une croissance de 16 % en 2010.

Grâce au Président de la République, la France s’est engagée dans une conquête sans précédent des nouvelles opportunités offertes par l’économie numérique. Jamais autant n’avait été fait en si peu de temps pour développer, protéger et exporter nos savoir-faire et nos technologies dans ce domaine.

Le premier pilier de cette offensive consiste à garantir le maintien et le développement en France des éditeurs de logiciels et des entreprises innovantes. Pour ce faire, le gouvernement a mis en place :

  • le fonds national d’amorçage : ce fonds de 400 millions d’euros va garantir l’émergence des PME les plus innovantes et soutenir leur croissance ;
  • le fonds stratégique d’investissement (FSI) : doté de 20 milliards d’euros, ce fonds prend des participations dans des entreprises porteuses de croissance et de compétitivité pour l’économie française.

Le second pilier de notre action consiste à financer des investissements d’avenir pour relever notamment le défi du cloud computing. Cette évolution va profondément bouleverser lamanière de vendre et d’utiliser les logiciels. En France, la qualité des infrastructures de haut débit, l’excellence technologique et la structuration des acteurs dans les pôles de compétitivité font du cloud computing une source de nouveaux débouchés. Pour aller plus loin, le gouvernement a prévu :

  • un appel à projets de plusieurs dizaines de millions d’euros pour soutenir l’excellence technologique dans ce domaine ;
  • un fonds de 1,4 milliards d’euros pour l'économie numérique, qui investira dans des projets viables de ce secteur.

Nous pouvons être fiers de l’ampleur des moyens mobilisés et des outils dont notre pays est désormais doté.

Je forme le voeu que les acteurs français du logiciel puissent ainsi devenir les leaders européens du logiciel à la demande.

Éric Besson

Éric Besson
Ministre en charge de l’industrie,
de l’énergie et de l’économie numérique

 

Éditorial – Bernard-Louis Roques

Voici la 7ème édition du Truffle 100, le palmarès des éditeurs de logiciels Français.

Le Truffle 100 est un observatoire de l'industrie du logiciel, réalisé par Truffle Capital, société de capital risque européenne, grâce aux analystes du CXP (Centre d'eXpertise des Progiciels). Reprises par les principaux médias professionnels, ses conclusions sont largement diffusées. Le site truffle100.fr attire chaque mois plusieurs dizaines de milliers de visiteurs uniques.

2010 a été une année de sortie de crise: les chiffres d'affaires sont repartis à la hausse (+16 %), les marges sont restaurées.
Sur le plan des Fusions & Acquisitions, c’est plutôt l’accalmie avec seulement 2 éditeurs du Truffle 100 ayant fait l’objet d’une acquisition l’an dernier.

L'industrie du logiciel continue de créer des emplois qualifiés (1000 nouveaux postes de R&D) et demeure réticente à délocaliser, considérant qu'il est critique de conserver la maîtrise de sa technologie.

L'édition de logiciel est en France un métier de PME audacieuses et dynamiques : une seule entreprise nationale dépasse le milliard d'euros de chiffre d'affaires, le 50ème du classement réalise 15m€ et le 100ème 7m€!

Les éditeurs freinent leurs dépenses totales en R&D, qui n'augmentent que de 1%. Sans doute ne se sentent-ils pas encore soutenus par une Stratégie industrielle volontariste. La réforme du statut des Jeunes Entreprises Innovantes (JEI), trop uniformément raboté, les pénalise. Leur demande d'implémentation d'un Small Business Act (SBA), caracolant en tête de leurs revendications année après année, n'a pas d'écho dans le monde politique, alors qu'une telle mesure créerait des milliers d'emplois sans peser sur le budget de l'Etat.

Les éditeurs méritent d'être placés au coeur de la stratégie industrielle. Ils offrent d'excellentes garanties de retour sur investissement pour l'argent public, de contribution pérenne et durable à la croissance, et créent les emplois qui occuperont les générations à venir.

Bernard-Louis Roques

Bernard-Louis Roques
Directeur Général et co-fondateur,
Truffle Capital

Le "Small Business Act", voté le 30 juillet 1953, est le texte fondateur de la politique américaine d'aide en faveur des PME (23 % des appels d'offres publics leurs sont réservés). Cette loi-cadre a affirmé la nécessité d'orienter prioritairement l'action des pouvoirs publics vers la petite entreprise, conçue comme l'élément le plus dynamique de l'économie.
Le statut des JEI, mis en place par la loi de finances pour 2004, a vocation à apporter un soutien significatif à des jeunes entreprises très actives en R&D dans les premières années de leur développement. Fin 2010, dans le cadre de la loi de finance: "coup de rabot" sur ce statut (dégressivité des exonérations et plafonnement), apportant une économie réduite.

 





Chiffre d'Affaires


2010 a été une année de sortie de crise: les chiffres d'affaires sont repartis à la hausse (+16 %), les marges sont restaurées. Sur le plan des Fusions & Acquisitions, c’est plutôt l’accalmie avec seulement 2 éditeurs du
Truffle 100 ayant fait l’objet d’une acquisition l’an dernier.

L'industrie du logiciel continue de créer des emplois qualifiés (1000 nouveaux postes de R&D) et demeure réticente à délocaliser, considérant qu'il est critique de conserver la maîtrise de sa technologie.

L'édition de logiciel est en France un métier de PME audacieuses et dynamiques : une seule entreprise nationale dépasse le milliard d'euros de chiffre d'affaires, le 50ème du classement réalise 15m€ et le 100ème 7m€!


R&D


La création d’emplois ne faiblit pas

en milliers d'emploi 2005 2006 2007 2008 2009 2010

Effectif total

 

50,16

50,85

51,20

53,93

57,49

R&D

6,90

9,93

9,92

10,09

10,52

11,46

Poids des effectifs R&D, 20 % de l’effectif total, une constante depuis 2006.

Poids des éditeurs

% de l’effectif total 2006 2007 2008 2009 2010

Poids des 20 premiers

79

78

75

77

77

Poids des 10 premiers

68

66

64

67

67

Poids des 5 premiers

61

57

52

45

46

Poids des 3 premiers

51

49

51

40

41

L’investissement en R&D marque le pas : 758 M€ investis (contre 750 en 2009)

La délocalisation de la R&D n'a plus la cote, 80 % des éditeurs n’envisagent pas la délocalisation de leur R&D

% des éditeurs 2005 2006 2007 2008 2009 2010
 

67

73

71

68

63

80


Rentabilité


Profitabilité restaurée
% du CA total 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010

8,6

9,3

11,4

11,4

7,6

4,3

6,6

Le résultat net total du Top 100 : 543 M€ contre 254 M€ en 2009 (432 en 2008)

Les profits mieux répartis

% du résultat total 2005 2006 2007 2008 2009 2010

Poids des 5 premiers

81

90

55

84

91

64

Poids des 3 premiers

67

70

62

79

81

56

Accès aux marchés boursiers

Nombre d’éditeurs côtés 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010

16

23

25

26

30

33

31


Poids des régions


Domination de l’Ile-de-France

Poids des régions

Les deux principales régions représentent 90 % du CA

La région Ile-de-France

  • 80% du CA Edition
  • 81% des effectifs
  • 76% des effectifs R&D

La région Rhône-Alpes

  • 10% du CA Edition
  • 8% des effectifs
  • 9% des effectifs R&D

Tendances


Mesures publiques susceptibles de favoriser le développement vues par les éditeurs, constance des revendications : le SBA en N°1

  • N°1 Small Business Act 57%
  • N°2 Financement 48%
  • N°3 Programmes européens de R&D 44%

Prévisions 2011

Cartographie applicative de l’offre Truffle 100

Cartographie applicative

Les tendances qui tireront le marché en 2011

Perception du Top 100

Tendances 2011


Les 10 tendances

Les 10 tendances qui tireront le marché en 2011 vues par le CXP

Au début de cette deuxième décennie du XXIème siècle, le logiciel d'entreprise subit de profondes mutations. Sa structure, ses modes de consommation et jusqu'à ses processus de conception et de production sont bouleversés. La généralisation du modèle SaaS associé au cloud computing, la virtualisation, les applications mobiles, les approches de type "Green", le boom des réseaux sociaux changent les usages de l'outil informatique. Voici, selon les analystes du CXP, les 10 tendances de l'année 2011, que confortent les conclusions du Truffle100.


Laurent Calot

Laurent Calot
Président du Directoire,
Le CXP

  1. Cloud computing : une révolution en marche
    C'est le buzz de l'année. Les entreprises sont encore loin d'avoir toutes propulsé leurs salles blanches dans "les nuages", mais le concept est dans tous les esprits. Plus qu'une nième technologie, le "cloud" est une conception révolutionnaire de l'informatique qui induit de nouveaux usages et modes de consommation. La possibilité offerte à l'utilisateur de disposer librement, à sa demande, de ressources informatiques diverses (matériels, logiciels, applicatifs et services) et de ne les payer qu'à l'usage, sans investissement lourd, a en effet de quoi séduire. Les entreprises voient dans cette nouvelle approche de l'externalisation du SI l'avantage de maîtriser leurs coûts de fonctionnement, voire unemeilleure qualité de service. Les freins technologiques et culturels demeurent toutefois puissants et la mise au point dumodèle, qui suppose disponibilité et sécurité comme conditions sine qua non, reste à parfaire. Le déploiement du cloud cherche ses formules. Aussi voit-on coexister différentes approches : cloud privé (sans externalisation), cloud communautaire (partage entre entreprises ayant des préoccupations communes), cloud public (un même fournisseur offrant ses services à un grand nombre d'entreprises), cloud hybride (combinaison de plusieurs types de clouds). Les éditeurs travaillent à l'élaboration d'offres diverses de plateformes (PaaS), d'infrastructures (IaaS) et d'applicatifs (SaaS...) qui soient pour eux économiquement viables, en s'appuyant sur le principe de mutualisation de fonctions standard et sur l'enrichissement prometteur de services de personnalisation (fournis par un écosystème de partenaires spécialisés) pour mieux répondre aux attentes du marché.

  2. La virtualisation rampante du système d'information
    C'est le pré-requis technique du cloud. La virtualisation des serveurs, des unités de stockage et des postes de travail (ce qu'on appelle aussi la "dématérialisation du système d'information") a commencé il y a déjà plusieurs années, bien avant que ne soit médiatisé et défini le principe du cloud. Avec le cloud, la virtualisation, engagée avec les serveurs, s'étend à toutes les ressources, gagne les couches hautes du système d'information, englobant les postes de travail et les applicatifs. De même que le cloud, la virtualisation participe au mouvement général de l'éclatement des infrastructures traditionnelles. L'impact (sur l'organisation de l'entreprise et notamment sur la DSI) d'une virtualisation totale de l'informatique n'est pas négligeable : les entreprises doivent s'y préparer.

  3. La vague du SaaS portée par le Cloud
    Né dans le sillage de l'ASP (dont plus personne ou presque ne parle aujourd'hui), le Software as a service, combinaison de logiciel et de service, gagne en crédibilité pour les prescripteurs : la facilité d'accès qu'il apporte à l'outil de gestion (accès par Internet, comme à la maison !), le principe de la tarification en mode locatif (aidant l'entreprise à maîtriser ses coûts opérationnels) et l'hébergement du logiciel chez l'éditeur ou chez un prestataire tiers (allégeant l'utilisateur des contraintes demaintenance et d'évolution), constituent les principaux atouts du logiciel en mode SaaS. Les architectures et offres proposées "en nuages" par divers hébergeurs vont contribuer à booster le SaaS, avec la proposition de bouquets applicatifs dans une offre globale incluant des services plus ou moins personnalisés. Tous les éditeurs de logiciels, quel que soit le domaine de gestion, l'ont bien compris et proposent désormais une version SaaS, ou du moins en mode hébergé/locatif de leurs solutions. Le progiciel traditionnel ("on premise") a vécu, vive le "progicloud".

  4. La dématérialisation tous azimuts
    Le terme de dématérialisation, souvent galvaudé, porte à confusion. Il désigne une tendance générale de l'évolution du système d'information mais ses applications sont diverses. Il ne faut pas confondre la dématérialisation du SI (virtualisation), la dématérialisation des logiciels (SaaS), la dématérialisation des documents (passage du papier au numérique) et des flux documentaires, et enfin la dématérialisation des processus. Cette dernière tendance gagne les processus métier, bouscule les habitudes de travail, déporte les tâches à valeur ajoutée etmodifie les relations de l'entreprise avec lemonde extérieur. Les processus RH (dématérialisation du bulletin de paie, télédéclarations, e-recrutement, e-formation...) font figure de proue dans le domaine.

  5. La BI au service de l'analyse du business
    Le décisionnel ne cesse d'évoluer, pour répondre à des besoins de plus en plus diversifiés, à des populations de plus en plus importantes. Les éditeurs ont tenté de combler les attentes d'outils plus ouverts, moins coûteux, plus faciles d'usage, afin d'en démocratiser l'accès à tous les étages de l'entreprise. Des solutions plus light, plus agiles, user friendly, utilisables à la demande, se multiplient. Les grandes plateformes sont poussées par ce mouvement de démocratisation. Pour être plus proches de l'utilisateur métier et néanmoins être capables de prendre rapidement en compte une forte volumétrie d'informations, il a fallu trouver des techniques nouvelles (BI inmemory) accélérant la restitution des requêtes. Le marché réclame maintenant des outils permettant d'anticiper la prise de décision (BI "prédictive"). Surtout, il faut noter le formidable essor de ce que l'on appelle le Business Analytics : les fonctions décisionnelles ne sont plus un simple outil d'aide à la décision, elles fonctionnent comme support direct et quotidien dumétier et du business, du reporting financier, de l'analyse des ventes et des clients, et de la performance globale de l'entreprise.

  6. De l'informatique à la gestion de l'information
    De la gestion de la donnée brute, formatée, structurée, sagement hébergée dans les bases et les entrepôts de données, on est passé à une autre dimension : le traitement de l'information. A côté des données de référence de l'entreprise (MDM), on trouve d'autres contenus, encore plus chargés de sens, mais ceux-ci, non-structurés, sont protéiformes, multimédia, issus du web et... voués à une formidable et exponentielle volumétrie. Pour éviter les effets pervers de l'infobésité, ces informations et contenus, dont il faut identifier et contrôler la valeur, le sens et la pertinence, doivent être, dès leur création, épluchés, suivis, sécurisés, indexés, agrégés, partagés, valorisés, diffusés, authentifiés, certifiés, archivés. C'est tout l'enjeu de la gestion de contenu, de la dématérialisation documentaire et de l'ECM. L'Information Management a vocation à se superposer au système d'information et à irriguer en transversal l'ensemble des domaines de gestion de l'entreprise. Les logiciels très divers sollicités tout au long du cycle de vie de l'information sont promis à un bel avenir.

  7. Le "social", nouvelle dimension du collaboratif
    La collaboration ne se cantonne plus à des outils de partage de documents en réseau complétés de workflows de validation. Alors que l'entreprise moderne connaît un éclatement de ses structures hiérarchiques traditionnelles (même si "l'entreprise 2.0" reste une utopie !), les réseaux sociaux d'entreprise (RSE) ont vocation à assurer aujourd'hui une communication plus directe, plus immédiate, conversationnelle. Tous les acteurs de l'entreprise, internes (salariés) comme externes (partenaires, fournisseurs, clients) sont concernés. D'où toutes les déclinaisons du terme "social" (c'est-à-dire collaboratif) applicables aux divers domaines de gestion: CRM social, RH social, BI social, BPM social, etc. De façon plus générale, les logiciels de dernière génération, grâce à l'apport des technologies Web 2.0, tiennent mieux compte de l'individu et de la relation interpersonnelle.

  8. Les applications mobiles : ça bouge !
    Les services mobiles vont connaître dès 2011 un véritable boom grâce au standard NFC ("Near Field Communication"). La GSMA, association internationale de près de 800 opérateurs mobiles, vient en effet de s'engager en faveur de cette technologie qui ouvre d'immenses perspectives dans les applications de paiement et d'authentification de la personne, rendant possible le déploiement à grande échelle d'une quantité de nouveaux services : paiement sans contact, billetterie dématérialisée, porte-monnaie électronique, titres de transport (tickets, cartes d'embarquement), coupons de réduction et cartes de fidélité, abonnements à des services divers, lecture d'affiches interactives (informations touristiques, horaires de bus, informations commerciales...), transfert de données personnelles et d'argent entre particuliers, accès sécurisé à des bâtiments, etc. Les fonctions CRM,marketing, logistique et transport sont directement concernées.

  9. Agilité et personnalisation
    Dans un contexte économique général où l'incertain est devenu la règle, les entreprises ont toujours de plus en plus besoin de solutions capables de s'adapter rapidement à des contraintes de gestion fréquemment remise en question ou à des cas particuliers, voire exceptionnels. Tous les éditeurs ont pris conscience de cette demande forte du marché. Les éditeurs assouplissent les modes de paramétrage, trouvent des astuces pour faciliter l'évolutivité de leurs offres. Les architectures SOA sont conçues pour assembler des fonctions et services à la façon d'un jeu de Lego. Les systèmes de gestion des règles métier ont vocation à traiter plus souplement que les ERP des systèmes de gestion complexes ou très spécialisés. Dans le domaine très porteur du BPM (gestion des processus métier), l'on voit apparaître des solutions flexibles et évolutives, aussi performantes que des développements spécifiques maismoins coûteuses. La gestion des processus et des documents devient capable de gérer des processus métier particuliers, au cas par cas (Case Management).

  10. Green software : la poussée verte
    Alors que le prix du pétrole augmente à nouveau de façon sensible, l'objectif principal, notamment dans des secteurs comme la gestion industrielle, la gestion des bâtiments, la logistique et es transports, reste la capacité des progiciels à accompagner les entreprises vers de nouveaux modèles, dont les mots-clés sont : "green", développement durable, risk management . Un travail en profondeur qui émerge à peine dans le monde du progiciel. Ce qui commence à être visible aujourd’hui : le reporting extra financier, c'est-à-dire la mesure sur tableaux de bord des consommations et les empreintes carbone, les outils de construction du reporting sociétal et environnemental (RSE), la mesure de la conformité aux règlementaires de plus en plus contraignants et enfin les outils de pilotage des projets.

 


Le Palmarès


Rang Entreprise Région CA édition 2010(1)
millions d’€
CA total 2010
millions d’€
Effectif total 2010 Effectif R&D 2010
1DASSAULT SYSTEMESIDFbourse1 580,01 580,09 0223 700
2SOPRA GROUP - AXWAYIDFbourse354,71 169,913 3101 000
3MUREXIDF310,0310,01 350255
4CEGIDRAbourse218,0249,62 099537
5LINEDATA SERVICESIDFbourse136,2136,2805278
6GFI INFORMATIQUEIDFbourse90,0657,99 400160
7AVANQUEST SOFTWAREIDFbourse88,288,2503150
8ESI GROUPIDFbourse84,284,2799240
9ISAGRIPIC75,075,0880200
10BERGER-LEVRAULTIDFbourse74,095,0985205
CEGEDIM ACTIV (GROUPE CEGEDIM)IDFbourse74,074,0450150
12GENERIX GROUPNPDCbourse69,069,0560160
13LECTRAIDFbourse53,5190,31 326210
14GROUPE SAB (1)IDF44,244,2500320
15FIDUCIAL INFORMATIQUERA43,454,6412122
16INFOVISTAIDFbourse43,043,023177
17STS GROUPIDFbourse42,095,039050
18ORSYPIDF39,239,225755
19DL SOFTWAREIDFbourse36,444,144196
20LEFEBVRE SOFTWAREPACA33,733,732560
21ESKERRAbourse32,732,726556
22DELTA INFORMATIQUECE30,432,1325115
23EBP INFORMATIQUEIDF29,029,030070
24CASTIDFbourse28,631,521251
25GROUPE CEGIIDF27,893,246073
26EFRONTIDFbourse27,127,117030
27EVER TEAMRA26,826,840065
28CYLANDENPDC26,2(2)29,5(2)427118
29A-SISRA25,025,021625
PLANISWAREIDF25,025,013030
TESSI (activités édition dont la filiale Docubase)IDF25,025,012225
32BODETPDL24,950,253548
GROUPE JVSCA24,926,731461
34MISSLER SOFTWAREIDF23,823,821285
35GRAITECIDF23,323,3250100
36MEDASYSIDFbourse23,023,026068
37GROUPE SIGMAIDF22,855,068060(1)
38NEOLANEIDF22,022,020040
39COHERISIDFbourse21,421,419059
40IGE + XAOMPbourse21,321,3340136
41DIMO GESTIONRA20,320,320040
42ITESOFTLRbourse20,220,219259
43SYSTARIDFbourse19,119,116052
44CIRILRAbourse19,019,017055
45HARDISRA18,147,355157
46SOFTWAY MEDICALPACAbourse18,026,024888
47PROGINOVPDL17,717,712581
48CASSIOPAEIDF17,517,511047
494D IDF16,216,213055
50SOLWARERA15,317,317030
51EVIDIANIDF15,215,214251
52NETASQNPDC15,117,510841
ORDIROPEPDL15,115,111520
54HARVESTIDFbourse15,015,013575
55DATAFIRSTRA14,514,513032
56MEGA INTERNATIONALIDF14,033,027270
SISIDF14,017,612530
58ITNIDF13,613,611146
59QUALIACAUV12,713,313570
60ESTEREL TECHNOLOGIESIDF12,512,510640
GROUPE COGESERMP12,516,016518
62SNEDAPDL12,312,3200105
63OODRIVEIDF12,112,110542
VIGNON INFORMATIQUE FRANCEPDL12,114,215060
65ACAIDF12,012,09010
66DIVALTOALS11,511,510046
67DICTAOIDF11,211,28560
PROLOGUEIDFbourse11,2(2)25,623024(2)
69FIRCOSOFTIDF11,011,06728
IGAIDF11,012,010015
LASCOMIDF11,011,27816
72WITBEIDF10,110,17541
73ARKOON NETWORK SECURITYRAbourse9,99,98033
74KLEE GROUPIDF9,737,032930
PROWEBCEIDF9,735,023030
76FIMASYSIDF9,69,6687
77DOUBLETRADE/REED BUSINESS INFORMATIONIDF9,59,7457
78GROUPE EVOLUCARE / CORWINPIC9,310,39518
IP-LABEL.NEWTESTIDF9,39,36914
80STAFF AND LINEIDFbourse9,29,2698
81IRIUMPC9,110,410825
82ARC INFORMATIQUEIDF9,09,96216
83SYSTRANIDFbourse8,98,98053
84A2IAIDF8,78,75535
85CAMELEON SOFTWAREMPbourse8,58,57022
GOTO SOFTWARENPDC8,58,56025
SPIRAL GROUPLR8,511,311030
88SEFAS INNOVATIONIDF8,38,38323
89SYDELBRE7,925,920235
90ARPÈGEPDL7,8(2)8,2(2)9525
BUSINESS DOCUMENTIDF7,87,85225
92BI-SAM TECHNOLOGIESIDF7,77,75522
93IVALUAIDF7,5(2)7,5(2)6512
94CARL SOFTWARERA7,47,47116
95WEDIAIDFbourse7,37,37020
96TEMISIDF7,27,26222
97EFFISOFTIDF7,07,06511
EUDOWEBIDF7,07,0668
FUTURMASTERIDF7,07,07229
GROUPE MFP SOFT - APSYLISIDF7,07,07315

Avril 2011
(1) Valeurs 2009 (données 2010 non communiquées)
(2) Estimations de l'éditeur